Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

L’égalité entre les femmes et les hommes

Article publié le 7 mars 2019

La secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, a présenté une communication relative à l’égalité entre les femmes et les hommes. L’égalité entre les femmes et les hommes est la grande cause du quinquennat. Plus de 100 mesures concrètes ont […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

4 commentaires suite à cet article :

  1. L’égalité entre les femmes et les hommes devrait se fonder sur deux principes républicains constitutionnels : la fraternité et la laïcité.

    Lorsqu’on se distingue volontairement des autres citoyens par des signes religieux manifestes, on offense le principe de fraternité et de laïcité.

    Certes dira t’on, la laïcité et son corollaire la neutralité ne s’applique légalement que dans les services publics pour les agents publics.

    Mais, en fin de compte, c’est bien la volonté de se distinguer des autres par le port d’un foulard ou d’un couvre chef qui signifie : je suis différent(e), je ne suis ni ta soeur, ni ton frère. La question légitime qui se pose alors est : est-elle une citoyenne, est-il un citoyen adhérant aux valeurs de la République Française ?

    Certes, dira t’on encore, il ne faut pas stigmatiser..

    Mais un rappel à ces principes qui fondent le « vivre ensemble » serait le bienvenu. Et pourquoi pas une campagne d’affichage dans l’espace public et dans les médias ?

    jacques • 7 mars 2019 à 10 h 43 min
  2. « Les victimes n’ont jamais eu le beau rôle. Elles dérangent, et leur souffrance fait peur. Elles nous renvoient à notre propre fragilité, et à cette certitude déstabilisante : ce qui leur est arrivé pourrait nous arriver. » (Revivre après un choc : Comment surmonter le traumatisme psychologique, auteur Dr Aurore Sabouraud-Séguin, éditions Odile Jacob)

    On ne peut que se satisfaire des réelles actions du Gouvernement en la matière – cf. réponse ci-dessus du Conseil des ministres du 6 mars 2019 et parmi les mesures progressistes énumérées : « Le Gouvernement a mis en place dix unités spécialisées de prise en charge globale du psycho-trauma dans des centres hospitaliers. »

    Pour information à ce sujet, lire l’article disponible sur internet, blog du Dr Muriel Salmona au 22/12/2018 : « 10 unités de prise en charge globale et pluridisciplinaire du psychotraumatisme ainsi qu’un Centre national de ressource et de résilience vont ouvrir en 2019. »

    http://stopauxviolences.blogspot.com/2018/12/10-unites-de-prise-en-charge-globale-et.html

    In fine, c’est tout à l’honneur du Gouvernement, de nos parlementaires, de travailler à des améliorations sur ces sujets très sérieux. Merci pour toutes ces avancées… pour l’ensemble des citoyens.

    Anonyme • 11 mars 2019 à 11 h 57 min
  3. A toutes fins utiles, comme indiqué sur son blog, parution le 24 avril 2019 du livre « Le Harcèlement sexuel » du Dr Muriel Salmona aux éditions Presses Universitaires de France, collection – Que sais-je ? – : « Le harcèlement sexuel est une forme de violence sexuelle très répandue que presque toutes les femmes subissent au cours de leur vie, parfois dès leur plus jeune âge. En rendant de nombreux espaces de vie hostiles, dangereux et dégradants, les harceleurs – des hommes de leur entourage ou des inconnus – contraignent les femmes à s’en exclure ou à s’épuiser dans des stratégies de contrôle, d’hypervigilance et d’autocensure permanentes. »

    On ne peut que conseiller aussi la lecture sur le sujet, des seize pages au Chapitre V « Agressions et harcèlements sexuels ordinaires », livre de M. Jacques Bessy « Servitudes et souffrances militaires dans les armées françaises au XXIe siècle » aux éditions L’Harmattan – je cite : « La peur, parfois exagérée, des représailles constitue un autre frein à la dénonciation des auteurs de violences ou de harcèlement. »

    Vrais sujets, vraies mesures positives du Gouvernement, actions courageuses des parlementaires, bonnes associations… cela bouge et c’est tant mieux… Heureusement, la majorité des citoyens et citoyennes, se comporte – normalement – et contre ces agissements bien réels et « destructeurs »…

    Citoyen retraité.

    Anonyme • 13 mars 2019 à 10 h 17 min
  4. Sans oublier l’utilité de l’institut de victimologie à Paris (17ème), dont l’actuel président est le docteur Gérard Lopez (cofondateur avec le Dr Aurore Sabouraud-Seguin), site internet « institutdevictimologie.fr » ; etc.
    A titre d’exemple à la rubrique « Documentations » (cf. site internet précité), et la bibliographie sur ces sujets : « Comment ne plus être une victime » auteur Dr Gérard Lopez, éditeur L’esprit du temps.

    Anonyme • 20 mars 2019 à 7 h 35 min