Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Affaire Loustaunau Lacau : le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre, répond au président de l’Adefdromil.

Article publié le 10 décembre 2018

Suite à l’article intitulé: « Le général BOSSER écrit à ses potes à propos de l’affaire Loustaunau Lacau (par Jacques BESSY, Saint-Cyr 1968 – 1970, président de l’Adefdromil – Aide aux victimes)      publié sur le site de l’Adefdromil  le 22 novembre 2018, le Président de l’Adefdromil a reçu du général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

4 commentaires suite à cet article :

  1. Placé en inactivité par retrait d’emploi en 1938 pour avoir créé un réseau clandestin anti-communiste au sein de l’armée, Loustaunau Lacau ne méritait nullement d’être donné en exemple à une promotion de Saint-Cyr.

    Sa conduite courageuse, au feu pendant la première guerre mondiale comme pendant la campagne de 1940 n’efface pas la violation assumée de la discipline militaire , qui est à la fois l’honneur et la servitude du soldat.

    Le fait qu’il a été le fondateur d’un réseau de renseignement au profit des Anglais ne le qualifie pas plus pour donner son nom à une promotion de Saint-Cyr.

    D’autres Saint-Cyriens méritent plus que lui de donner leur nom à une promotion comme Henri Frenay, fondateur et chef du réseau « Combat », ou le général Picquard qui eu le courage de lutter pour la vérité dans l’affaire Dreyfus, au mépris des risques encourus pour sa carrière.

    Anonyme • 10 décembre 2018 à 13 h 55 min
  2. Il n’est pas anodin de constater que le nom de Loustaunau Lacau a été repris par des élèves d’un institut dirigé par Madame Marion Maréchal.

    Un hebdomadaire qui ne défend pas des valeurs de gauche a également publié un article laudateur sur LL – article qui occulte évidemment la part d’ombre de Loustaunau, qui a réalisé l’exploit d’être promu de lieutenant-colonel à général par l’effet d’une loi, sauf erreur !

    Cela rappelle d’ailleurs, la loi qui a permis au général Billotte de bénéficier d’une pension de retraite ou d’une solde de deuxième section après 24 ans et 9 mois de services…

    Judex • 10 décembre 2018 à 14 h 06 min
  3. Je crois sincèrement que la page se tourne naturellement, dans un respect mutuel. Le sujet a été abordé et tranché pour la promotion concernée, c’est la démocratie.

    Anonyme • 10 décembre 2018 à 14 h 10 min
  4. C’est avec délectation qu’est reçue la recommandation de traiter avec vélocité les problèmes de ceux qui font appel à l’ADEFDROMIL , qui s’y consacre avec abnégation depuis sa création , en complément il est vrai du soutien apporté aux cas individuels ou collectifs par le commandement, qui selon la tradition militaire, défend les intérêts des subordonnés face aux inéquités ou illégalités. Nul doute que cette recommandation traduise que le commandement partage désormais les visions de l’ADEFDROMIL, en ce que l’équité et le respect du droit sont des gages d’efficacité de la collectivité militaire, par l’amour du chef ainsi suscité.

    Anonyme • 10 décembre 2018 à 17 h 15 min