Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Déclaration du Président de la République sur la mort de Maurice Audin

Article publié le 14 septembre 2018

Publié le 13 Septembre 2018 « Ce système s’était installé sans qu’aucune modification n’ait été apportée au Code pénal, sans que les principes de 1789 aient cessé d’être proclamés comme les bases de l’État et sans que les gouvernements aient cessé de dire officiellement que la torture était condamnable, même s’ils s’en prenaient plus volontiers […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

Un commentaire suite à cet article :

  1. « Certes, la torture n’a pas cessé d’être un crime au regard de la loi, mais elle s’est alors développée parce qu’elle restait impunie. Et elle restait impunie parce qu’elle était conçue comme une arme contre le FLN, qui avait lancé l’insurrection en 1954, mais aussi contre ceux qui étaient vus comme ses alliés, militants et partisans de l’indépendance ;  » Question: la torture et les crimes du FLN c’était quoi ? Dans quel camp fallait il se battre quand la République envoyait ses enfants en Algérie ? Dans le camp adverse ? Encore aurait il fallu que la jeunesse de cette époque le sache, ça nous aurait éviter bien des déboires et le massacre des innocents !

    Anonyme • 16 septembre 2018 à 10 h 01 min