Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Chasse aux sorcières dans la Gendarmerie (Renaud Marie de Brassac)

Article publié le 5 avril 2010

Les gendarmes sont en émoi. L’éviction du chef d’escadron Matelly des rangs de l’institution provoque colère, rancœur et créativité L’association Gendarmes et Citoyens a publié en quelques jours un bulletin spécial largement diffusé dans lequel figure un poème écrit par un militaire en activité de service : l’adjudant A, qui a eu la malencontreuse idée de […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

4 commentaires suite à cet article :

  1. Vous laissez pas faire, vous avez de plus en plus de civils comme moi pour vous soutenir et les medias ne lâcheront pas l’affaire non plus
    Manifestez !

    sami • 4 avril 2010 à 14 h 03 min
  2. Déja en 1989, lors du mouvement de contestations voici l’ écrit que j avais composé, et qui est parut dans les ordres de la légion XXXXX – la poudre au nez nous l avons eu, tous les «  »avantages » » ont été petit a petit rognés sous couvert du soit disant «  »intérêt du service » » mis a toutes les sauces !! – je suis retraité depuis 1999 – et je vois que la situation ne fait qu empirer, j avais annoncé à mes collégues ce regroupement police/gendarmerie, mais aussi que bientôt, nous serions a la botte des casquettes plates, voire subordonnés de la police nationale, on y vient a pas feutrés. et pourtant dieu sais que beaucoups d entre nous aiment cette gendarmerie, mon prochain écrit, qui va suivre celui ci, vous dira la passion d avoir servi durant presque 30 ans cette arme, mais cela n a pas empéché cette grande famille de me ruiner, financiérement, m humilier publiquement, me trainer ainsi que ma famille dans la boue, suite a une enquête diligentée par cette même arme, de facon particuliérement partisanne. Mais je me réserve cette affaire pour une presse plus spécialisée, avec les remous médiatiques que cela pourra engendrer. Et j ai fait le serment de rétablir la justice a ma facon. j ai fais partie de ces 30% de personnes incarcérée a tort.

    L’orage 1989

    Pauvre Gendarmerie,
    Dieu que ton ciel est gris
    On te blesse du sillon
    De la contestation.

    On te fait un procès
    Sans forme de dignité,
    Avec tant de bassesse
    Prétextant la détresse

    Qu’il faille des arrangements
    Soit, cela j’y consens,
    Mais pourquoi faire les fols,
    Pour présenter ses dols.

    Il faut être conscient,
    Et dire à bon escient.
    Mais, par trop demander
    Aurez la poudre au nez.

    Nous étions les garants,
    Depuis la nuit des temps
    De ces grandes qualités,
    Faisant notre fierté.

    Je veux dire probité,
    Ainsi qu’honnêteté,
    Ou impartialité,
    Voyez,… ces qualités

    Y avez vous songé ?
    Vous qui en déclamez !
    Et pour notre bonheur,
    Agissez dans l’honneur.

    Sans vouloir être outrageant,
    Vois ce que sont nos rangs,
    Cupidité, hypocrisie,
    Méchanceté et jalousie.

    Intempérance et racisme
    Atteigne le paroxysme
    Et la loyauté
    N’est pas fidélité

    Messieurs, il faut choisir !
    Parfois même en souffrir,
    C’est le prix d’une carrière
    Dont on peut être fier.

    GENDARMERIE

    Il y a plus de vingt ans
    Que je suis ton Amant,
    Et j’ai le cœur qui saigne
    De voir qu’on te dédaigne.

    Je ne suis moraliste,
    Ni même défaitiste,
    Mais ce petit poème
    Prouve, au moins, que l’on t’aime.

    manouche45 • 4 avril 2010 à 16 h 56 min
  3. voici le second écris, qui prouve l attachement à cette arme, qu hélas maintenant j ai rejetée, et bannie de mon coeur à tout jamais !!

    Du gendarme à sa muse

    Sans un esprit bohème,
    Il est des choses qu’on aime,
    Comme l’odeur du chaume,
    Du foin vert qui embaume.

    Comme celle du feu de bois,
    Des chaumières d’autrefois,
    Mais moi par dessus tout,
    Voilà ce qui m’est doux.

    Notre GENDARMERIE,
    Qui jamais ne vieillie.
    Si jeune malgré son âge,
    Mais toujours aussi sage.

    Car ta noble fonction,
    Depuis ta création,
    De tous nos ennemis,
    Protéger la patrie.

    Et de tout à chacun,,
    En protéger les biens,
    Force de dignité,
    Tu inspires le respect.

    Comme une douce maîtresse,
    Nous fait faire des prouesses,
    Si pour toi nous mourons,
    Que sonnent les clairons.

    Et malgré notre linceul,
    Tu ne seras pas seule,
    Tu as d’autres amants
    Qui t’aiment tout autant.

    manouche45 • 4 avril 2010 à 17 h 02 min
  4. Alors ça mes amis, ces limogeages pourraient sembler « routiniers » à la vaine populace, et sans conséquences pour nous autres civils, dans notre quotidien de français, attachés comme à un service public à votre institution organique de notre nation, même si dans nos rapports avec la gendarmerie tout n’est pas toujours rose, lorsque le contrevenant aux lois de la république se heurte à votre sévérité, parfois appuyée, que compensent pourtant les réelles vertus de vos services à nos compatriotes: la garantie pour tous que les seules autorités qui obligent le citoyen français sont la république et ses lois, les mêmes pour tous. Garantie que chacun peut attendre de votre mission de gardiens de l’ordre, de la paix, et de l’égalité. Bref gardiens de notre République et de sa Justice.

    Alors moi quand j’entends poindre le fondu-enchaîné du piétinement des chaussures-à-clous recouvrant jusqu’à leur silence total celui de vos bottes d’officiers de la nation, je redoute que l’on vous privatise aux bénéfices de ceux que la permanence de l’état et de la République dérange.

    Oh comme l’on peut craindre que le média-monarque vous réserve le même sort que celui, plus anecdotique, d’une ancienne favorite destituée avec ostentation et indécence.

    Lancez une pétition dénonçant comme antidémocratiques les atteintes à votre service républicain. et déclarons illégales, organiquement à notre constitution, toutes manœuvres ou décisions politiques qui porteraient atteinte à l’indépendance et à la permanence de votre office. Le mal qu’on nous aura fait avec ces caprices de milicianisation de la France, sera ainsi plus facile à détricoter, parce que préméditée, prédécidée par cette action revendicative, après la future et indispensable chute des potes-en-tas au pouvoir.

    En conclusion, je vous le dit sincèrement, parfois vous faîtes un peu chier, sur les routes, mais quand on comprend les conséquences du démantèlement, de votre métier et de l’esprit qui régit votre action auprès de nous français, ordonné par le supposé premier serviteur de la république, on peut légitimement redouter une privatisation de notre sécurité, de nos droits, et de notre justice en un mot.

    Vivre, c’est résister.

    Courage à tous, et gardez la foi en des temps meilleurs à venir.

    On vous aime bien les gendarmes, on vous sait hommes, et femmes, d’honneur.

    jef • 6 avril 2010 à 13 h 35 min