Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

La condition des militaires  doit s’adapter aux réalités des menaces, de l’exécution des missions et aux évolutions de la société​. (Jacques BESSY, Président de l’Adefdromil-Aide aux victimes)

Article publié le 12 juin 2018

. Dans  la lettre d’informations  de l’armée  de terre de Mai​ 2018, le général Bosser, chef d’état-major présente la spécificité militaire comme une garantie  de l’efficacité opérationnelle. Le contrôleur général des armées Jean Eugène Duval, aujourd’hui décédé, avait autorisé la publication  en 2008 d’un article « Le piège de la spécificité », dont la Revue de la Défense […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

3 commentaires suite à cet article :

  1. Aujourd’hui les « citoyens militaires » sont à juste titre de plus en plus informés… Certains s’engagent aussi pour améliorer leur « condition militaire »… De surcroît ce sont des professionnels diplômés, conscients de leurs devoirs mais aussi de leurs droits en devenir ! Comment les commander ? En leur rappelant sans cesse le but recherché au-delà de la mission ?
    “Dans toute association de deux hommes, il y en a toujours un qui se fait porter par l’autre” Charles de Gaulle. A chacun de tenter d’anticiper le prix de cette [association]…
    Merci (c’est le minimum…) aux militaires, qui me permettent (et se permettent) par leurs actions d’accéder au bien-être, de m’instruire, de me cultiver, de travailler, de me divertir… dans un pays en paix.
    Reste que des améliorations sont encore possibles… vaste sujet.

    Anonyme • 6 juin 2018 à 14 h 03 min
  2. « Même quand la justice n’est pas réalisée, la liberté préserve le pouvoir de protestation et sauve la communication » (Albert Camus « L’homme révolté »). Dans la conquête de leurs droits, les femmes ont nécessairement usé de la [communication] pour qu’enfin justice se réalise… A l’époque d’internet, les citoyens militaires, renforcent notamment à travers les associations ce même droit. Dans une démocratie vivante, il est effectivement sain de pouvoir communiquer sur « la condition militaire », de surcroît dans un esprit constructif. A cet égard, il est légitime de penser, de communiquer, d’agir… Quel est le pourcentage de femmes officiers généraux… ? Est-ce normal ? Sur le recrutement sur « Titres » (hors Saint-Cyr) quel est le pourcentage qui termine officier général… ?

    Anonyme • 12 juin 2018 à 13 h 07 min
  3. A l’avenir, le militaire (en période de reconversion, rayé des cadres, radié, réformé…) va-t-il bénéficier dans le cadre de l’amélioration de sa condition : d’un « certificat de travail » similaire à celui délivré dans le secteur privé, afin de justifier de ses périodes d’activité (harmonisation de la norme) ?
    Article D1234-6 du Code du travail : le certificat de travail contient exclusivement les mentions suivantes […].

    Anonyme • 18 juin 2018 à 22 h 05 min