Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Viols (de la loi) en réunion à la Direction des Ressources Humaines de l’Armée de Terre. Par Jacques Bessy, président de l’Adefdromil – Aide aux victimes

Article publié le 26 mai 2018

Au risque de décevoir le lecteur après les affaires glauques du lycée militaire de Saint-Cyr l’Ecole, l’affaire dont nous allons parler se passe effectivement à Tours, mais elle ne concerne que le viol, presque banal, de la loi par des officiers servant à la direction des ressources humaines de l’armée de terre, au détriment des […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

3 commentaires suite à cet article :

  1. Même spectateur de ces situations, le soutien empathique et juridique de « l’Adefdromil-Aide aux victimes », à ces citoyens militaires ; pour servir l’intérêt général, me fait chaud au cœur.
    « Je n’aime pas les sédentaires du cœur. Ceux-là qui n’échangent rien ne deviennent rien. » Antoine de Saint-Exupéry. A contrario, merci à l’Adefdromil-Aide aux victimes, pour ces « échanges ».
    Sûr qu’à la lecture de cet article, les parlementaires se forgeront leurs propres opinions…

    Anonyme • 22 mai 2018 à 14 h 47 min
  2. Dans l’armée de terre il manque 3500 sous-officiers supérieur.
    On envoie des lettres pour proposer aux anciens de revenir mais sous statut contractuel et dans la limite de 27 ans de service.

    Anonyme • 26 mai 2018 à 21 h 25 min
  3. Sauf erreur de ma part et sans connaître le statut de la légion étrangère, il me semble que le code de la défense fixe la limite des services à 27 ans. Il est donc étrange de refuser la résiliation de contrat d’engagés de 29 et 27 ans de services.

    Anonyme • 27 mai 2018 à 10 h 55 min