Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

La Lettre de la DAJ N°251 du 3 mai 2018

Article publié le 16 mai 2018

La Lettre de la DAJ N°251 du 3 mai 2018: 

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

4 commentaires suite à cet article :

  1. Bonjour, dommage que la DAJ, ne développe pas la décision 408364, 2/10/2017 Conseil d’Etat. Notamment le troisièmement…
    A titre d’exemple, la Fédération André Maginot à Paris (5ème) – s’est appropriée – l’esprit de la décision ci-dessus (cf. sur internet : « Réforme définitive et titre de pension »).
    A toutes fins utiles, « le certificat de travail », ne peut comporter de clauses discriminatoires (Cass.Crim., 14.10.1986, n° 85-96.369).

    Anonyme • 16 mai 2018 à 12 h 57 min
  2. A cet égard, se dirige-t-on vers l’optimisation par le législateur : de l’harmonisation de la norme (sur le fond et la forme) – quant aux documents délivrés ; et ensuite à présenter lors d’une reprise activité ?
    Et ce, que l’on soit ex-militaire, ex-fonctionnaire, ou venant du secteur privé.
    Cette harmonisation est-elle envisagée tant au niveau national, qu’européen… (afin notamment de justifier de ses périodes d’activité) ?

    Rappelons que cette avancée juridique (Conseil d’Etat, 408364, 2/10/2017) est uniquement le fruit du travail sur ce contentieux de l’ADEFDROMIL- Aide aux victimes et d’un adhérent ; ainsi que l’assistance du cabinet MDMH.
    La fédération André Maginot a repris postérieurement, – à juste titre – cette décision de la Haute Assemblée pour informer….

    En effet, à titre d’exemple, rayé(e) des cadres pour maladie (état de stress post-traumatique) à la suite de violences physiques, on ne peut qu’éventuellement se satisfaire après guérison, de pouvoir présenter ensuite, des documents protecteurs de sa vie privée… sans déni de la réalité…

    Anonyme • 16 mai 2018 à 21 h 02 min
  3. Dans la continuité [quant aux documents délivrés ; et ensuite à présenter lors d’une reprise activité]…
    « Quand on aura allégé le plus possible les servitudes inutiles, les malheurs non nécessaires, il restera toujours, pour tenir en haleine les vertus héroïques de l’homme, la longue série des maux véritables, la mort, la vieillesse, les maladies non guérissables, l’amour non partagé, l’amitié rejetée ou trahie, la médiocrité d’une vie moins vaste que nos projets et plus terne que nos songes : tous les malheurs causés par la divine nature des choses » (cf. : « Mémoires d’Hadrien » Marguerite Yourcenar).
    On peut se demander si le législateur engagera une réforme – à la lecture éventuelle de ces « commentaires », articles, décision de la Haute Assemblée… – ; et qu’il considérera, qu’il est aussi utile, de soustraire à des [malheurs non nécessaires] les citoyens militaires rayés des cadres et réformés pour maladie ?
    En toute humilité.

    Anonyme • 18 mai 2018 à 16 h 02 min
  4. Enfin, on peut imaginer que le sens de cette jurisprudence a peut-être soulevé des interrogations, sur toutes les instructions, notes de service etc. – des autorités et Directions des Ressources Humaines (DRH). Afin de s’assurer dans ces circonstances : de la clarté et la concordance de la norme, notamment pour le citoyen militaire – qui ne dispose pas stricto sensu d’un certificat de travail, mais d’autres documents « similaires »…
    Il est fort probable qu’à ce sujet, la jurisprudence du Conseil d’Etat 408364 du 2/10/2017 a été discutée [qui ne comporte pas la mention de la base légale et de la nature…, afin de la produire auprès de tout tiers intéressé, et qu’il appartient à l’administration de lui délivrer un tel document].
    Ce billet est rédigé dans le cadre de l’intérêt général, animé d’une pensée constructive. Il s’agit ici de continuer à investir la démocratie. Pour l’attachement aux valeurs républicaines ainsi qu’au réel.

    Anonyme • 19 mai 2018 à 11 h 02 min