Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

RICM : DES FEMMES DE MILITAIRES APAISENT LA COLÈRE (Florie Doublet)

Article publié le 12 septembre 2017
Cet été, les « Femmes de militaires en colère » ont vivement dénoncé les conditions de travail difficiles de leurs maris. A Poitiers, des épouses de soldats du RICM n’apprécient pas la méthode et disent leur vérité.

Les militaires n’ont ni le droit de grève, ni de manifester. Qu’à cela ne tienne, leurs femmes s’en chargent pour eux. Fin août, une cinquantaine de compagnes de soldats se sont donné rendez-vous devant les Invalides, à Paris, pour crier leur colère face aux « conditions de travail déplorables » de leurs maris. Sur la page Facebook du mouvement, qui compte plus de 7 000 adhérent.e.s, les messages d’indignation affluent. Manque de moyens, absences répétées, épuisement, logements insalubres, manque de nourriture, salaires dérisoires, retards de paiement… La liste de leurs griefs est longue.

« C’est une minorité qui fait beaucoup de bruit », lâchent de concert Charlotte, Florence et Nadine. Toutes les trois sont mariées à des sous-officiers du Régiment d’infanterie chars de marine (RICM) de Poitiers. Elles assurent « comprendre leurs revendications, mais pas la manière dont elles les expriment ». Evidemment, aucune d’elles ne nie les contraintes liées au métier. Surtout pas Florence, elle-même militaire. « Depuis le lancement de l’opération Sentinelle, les absences se sont multipliées. Je sais que certaines femmes le vivent mal. Ce n’est jamais facile d’être privée de son mari. Elles en ont ras-le-bol de gérer seules le quotidien. »

Les militaires pris pour cible

Au-delà de l’absence, ces épouses en colère craignent pour la vie des soldats. Les attaques à Valence, au Carrousel de Louvre, à Levallois-Perret et à l’aéroport d’Orly le prouvent : les terroristes ciblent les militaires. « Quand j’ai épousé mon mari, je savais à quoi m’attendre, tempère Nadine. Sentinelle, ce n’est pas là pour faire joli. Les militaires défendent un territoire à risque, notre pays. » En couple depuis vingt-trois ans, elle estime que l’armée a connu, au fil des ans, « de nettes améliorations », notamment en termes de communication. « C’est fini le temps où l’on s’envoyait des lettres qui mettaient quinze jours à arriver. » Charlotte, elle, applique le principe « Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! ». « De manière générale, nous arrivons à nous joindre facilement, que ce soit par SMS, WhatsApp ou téléphone. »

De la glace dans le désert

Quant aux conditions de vie en opération extérieure -opex dans le jargon-, elles seraient….

Lire la suite sur le site http://www.7apoitiers.fr/ en cliquant [ICI]

Commentez cet article :

*

Toute publication de commentaire est soumise à l'acceptation des conditions générales d'utilisation de ce site internet, que vous pouvez consulter en cliquant ici. Le non respect de ces conditions pourra entraîner des poursuites judiciaires.

En cochant cette case, j'atteste avoir lu, comprendre et accepter les conditions générales de ce site.