Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Bientôt des syndicats en Gendarmerie ? (Par Jacques BESSY, président de l’Adefdromil- Aide aux victimes)

Article publié le 29 juillet 2016

Beaucoup  de citoyens et donc de militaires ignorent qu’à côté de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales (CESDH) souvent appelée : Convention européenne des droits de l’homme, il existe une Charte sociale européenne prise sur la base de la CESDH qui vise à « assurer à leurs populations les droits sociaux…afin […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

5 commentaires suite à cet article :

  1. Remarquable décision qui désavoue une nouvelle fois nos élites politiques et et nos juridictions administratives dont le Conseil d’Etat qui manquent de courage! Il faut se préparer à une guerre juridique sans merci et créer des syndicats indépendants comme dans la police, la magistrature etc..

    Il n’y a rien à attendre de ces gouvernements de gauche comme de droite c’est pourquoi il faut aller faire dire le droit par les instances européennes!

    VIVE L’EUROPE!!!

    Anonyme • 5 juillet 2016 à 13 h 17 min
  2. Donc ,plus besoin de Gendarmerie! Tout le monde dans la police!

    Anonyme • 5 juillet 2016 à 14 h 13 min
  3. La crainte ou le risque de fusion est souvent brandi par ceux qui ne veulent pas de progrès.

    L’existence de syndicats de militaires de la gendarmerie ne conduit pas forcément à une fusion des deux corps.

    Il est certain que pour la hiérarchie être obligée de dialoguer (pas seulement écouter comme cela se pratique actuellement), c’est un vrai changement de culture et de mentalité.

    Ce n’est ni à Saint Cyr, ni à l’EOGN que les futurs cadres de la gendarmerie vont être préparés à ce dialogue social.

    En France, on voudrait que rien ne bouge.

    jacques • 5 juillet 2016 à 15 h 12 min
  4. Bientôt le syndicat des généraux en 2ème section!

    Totoche • 5 juillet 2016 à 16 h 07 min
  5. Les chefs n’ont pas pour vocation d’être désavoué par un sous-chef. Vous vous rendez compte, en pleine séance plénière, un Général désavoué par un soldat, c’est le peloton d’exécution. Un syndicat dans les armées, OUI, cela fonctionne très bien dans les armées européennes, alors pourquoi pas en France, pays de St Saint-Exupéry, de P.M.F, du Général De Gaulle, etc… Pourquoi rallier les syndicats de police qui ne fond que de la politique et ne fonctionnent pas tous en osmose (guerre interne). Nous demandons qu’un dialogue social soit engagé en interne sur la condition militaire, ce n’est pas encore la guerre !!!

    chibat • 6 juillet 2016 à 17 h 07 min