Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Perspectives du service santé des armées.

Article publié le 17 novembre 2014

Dans une question écrite n°63404 du 2 septembre 2014, M. Jean-Jacques Candelier interroge M. le ministre de la défense sur la stratégie déployée par le ministère sur le projet du service santé des armées 2020 et sa déclinaison au niveau des projets d’établissement. Selon les organisations syndicales, le dialogue social n’est pas à la hauteur […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

2 commentaires suite à cet article :

  1. Concernant l’Hôpital Robert Picqué, il est prévu que la direction de ce futur hôpital civilo-militaire sera civile et privée. Les médecins militaires seront très minoritaires pour ne pas perturber le fonctionnement des services (et la rentabilité exigée) en cas de départ en OPEX. Aucun civil de la défense ne pourra être employé dans cette structure privée pour des raisons évidentes d’unicité de la convention collective de l’établissement. Avec la diminution globale des médecins militaires, on peut se demander ce qu’il restera de militaire dans cet établissement d’ici quelques années. Le financement public de cet établissement privé pose aussi des interrogations à l’heure où le ministère de la défense n’a plus les moyens d’entretenir l’hôpital du Val-de-Grâce.

    Anonyme • 17 novembre 2014 à 23 h 07 min
  2. La déflation du SSA est fixée à 2400 minimum pour la LPM. Les fermetures d’HIA seront malheureusement inévitables afin de tenir les objectifs du ministère. Il est regrettable de réaliser une parodie de fermeture je veux dire de « rapprochement avec des structures civiles privées (Bordeaux) ou civiles (Metz, Brest). Lâcher le Val de Grâce est une erreur majeure de notre direction qui aurait mieux fait d’assumer en fermant les hôpitaux de seconde zones. Peut être que cela est intenable politiquement La branche hospitalière du SSA se meurt tranquillement et le stock de spécialistes projetables aura bientôt fondu. relisez le projet SSA 2020 et vous verrez qu’il est inscrit dans le marbre que la France va perdre la capacité de soutenir une engament unilatéral dans la durée. Silence dans les rangs : on ferme !

    Anonyme • 17 novembre 2014 à 23 h 49 min