Association de défense des droits des militaires Association de défense des droits des militaires Euromil
Association (Loi 1er juillet 1901) de défense des droits des militaires.

Dernier hommage à l’officier du 93 ème RAM tué en Afghanistan

Article publié le 31 mars 2012

Marc Laffineur, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense et des anciens combattants a présidé, ce vendredi après-midi à la base terre de Varces, à l’hommage au chef d’escadron Christophe Schnetterle, blessé en Afghanistan et mort en début de semaine à l’hôpital du Val de Grâce à Paris.

Christophe Schnetterle, officier du 93 ème Régiment d’artillerie de montagne, avait été très gravement blessé le 20 janvier en Kapisa par un tireur portant l’uniforme de l’armée afghane. Quatre de ses camarades avaient été tués sur le coup, Nicolas Sarkozy présidant quelques jours plus tard la cérémonie organisée en leur hommage à Varces. Le chef d’état major de l’armée de terre, le général Ract-Madoux, et le général Wattecamps, commandant la 27 ème Brigade d’infanterie de montagne, étaient présents à cet hommage national.

Le commandant Schnetterle a été fait chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

Source: ledauphine.com

Lire également

Cérémonie d’hommage au chef d’escadron Schnetterle

Un commentaire suite à cet article :

  1. « Par-delà la douleur, nous n’oublierons jamais combien votre combat était juste, combien il était grand. Il aura été celui de la liberté et de la dignité du peuple afghan, celui de la lutte contre le terrorisme qui n’aspire qu’à semer la terreur et la haine. »

    Pas génial du tout, le début de discours du sous-ministre Laffineur. « Votre combat »… Ou comment prendre un soldat pour un débile !

    L’Armée française va où le gouvernement de la République lui dit d’aller, sous le contrôle du Parlement, y compris à 6000 kilomètres, là où les femmes sont esclaves, dans le plus grand champ de pavots mondial tenu par des maffieux de toutes obédiences.

    Autant ne rien dire, Monsieur le sous-ministre.

    Et passer directement à la juste reconnaissance de la Nation pour l’un de ses enfants mort à la guerre.

    Louis Guénolé Saint-Hilaire • 31 mars 2012 à 23 h 21 min